Title Image

La villa déchets à Nantes

Ou la nécessité de faire de la prévention du déchets avant même d’envisager le recyclage de ces derniers.

L'oeuvre culturelle visant à faire la prévention des déchets.
La villa déchets
La cuisine du cette oeuvre culturelle nantaise.
Une cloison en brique de papier mâchée. et vue sur la cuisine
Les briques de papier
Les briques de papier

350 kg par habitant produits chaque année. Les déchets constituent une manne pour les recycleurs, surtout quand ces derniers veulent en faire une maison : La villa déchets sera la version Nantaise.

La cuisine de la maison. Cette pièce a fait l'objet d'un reportage dans le magasine côté Oeust
La Cuisine … et son mobilier aussi réalisé en palette.

L’opération a commencé un mois de juin. Un journaliste Nantais et Frédéric Tabary déjeunaient en terrasse à Nantes. L’architecte évoque la Scrapt House de San Francisco à son ami.

Le designer présente son idée qui est de réaliser en quelques jours une maison de 70 m² habitable, devant l’éléphant à Nantes, et insiste sur la pérennité que devra avoir cette battisse. Le Journaliste promet 1 article par jour sur le sujet dans Presse Océan si l’architecte d’intérieur tient son pari.

la villa dans l'éco quartier de la bottière chenais

L’association Tabakero s’est lancée un défi étonnant : construire une maison uniquement avec des matériaux issus de déchets.

Inspiré par la ScrapHouse de San Francisco (États-Unis), le projet vise à construire une véritable villa d’architecte à partir des déchets collectés, triés et métamorphosés par plus de 2500 bénévoles de la région.

Palettes, fer à béton, billes de polystyrène… Tout est sujet au recyclage.

Installée à Nantes sur l’île de Nantes, devant l’éléphant, cette initiative vise surtout à sensibiliser les citoyens et faire prendre conscience des énormes quantités de déchets quotidiennement rejetés.

Explications en vidéo.
Le belvédère de la maison : 10 mètres de haut avec des palettes et des déchets collectés.
Logo du projet.

En 18 jours, 2500 bénévoles, maire de Nantes inclus ( Jean Marc Hérault) vont construire cette oeuvre culturelle en plein centre ville de Nantes.

Les 30 jours précédents l’opération, 50 Tonnes sont alors collectés dans la ville.

Palettes, plastiques, palox,nouilles de polystyrène, bâches en plastique, vieilles portes ou fenêtres ….

L’ensemble est assemblé sur une période de 18 jours sur l’île de Nantes à 10 mètres de la voie empruntée par l’éléphant nantais.

Enfin, une fois réalisée, cette structure va être habitée par 60 Nantais qui auront achetés une nuité pour dormir dans la Villa.

Mise au enchères par Bruno Solo lui même, les places s’achèteront dans un temps records. Les Nantais auront donc eut le plaisir de dormir dans cette oeuvre insolite du 1er décembre au 1er janvier.

C’est l’Architecte d’intérieur Nantais qui prendra possession de l’ouvrage avec toute sa famille, le jour du réveillon.

La maison sera ensuite déplacée dans le quartier de la bottière Chenais ( Un éco quartier de Nantes sur Un terrain prête par la mairie.

mobilité électrique obligatoire pour ce projet
La villa déchets … au tout électrique.

Afin que le bilan carbone soit le moins important possible, tous les engins roulants sur le chantier étaient électriques

Pendant 5 ans, l’association abritera l’association créee par Frédéric TABARY, et porteuse du projet.

Des 1000 de personnes, étudiants, maisons de retraite, école d’architecture visiterons ce projet expérimental.

Michel chevalet parrain du projet.
Michel Chevalet était l’un des nombreux parrains du projet de l’architecte d’intérieur nantais : … Bruno Solo, Laetitia Nallet, Tom Novembre, Philippe Vieux, Caroline Munoz, Philippe Model , Laurent Petit Guillaume quelques autres parmi les 20 personnalités

Un film, et un livre et un clip vidéo ont même retracé l’aventure.

L’opération a été financée en totalité par Maisons du monde.

Une partie des meubles réalisés en déchets par des designers venant de toute l’Europe, ont même été commercialisés par la grande marque Française dans leur catalogue.

Le bilan carbone a été réalisé par un organisme spécialisé. Les résultats démontre que recylcer cette maison, n’a pas été plus profitable pour notre planete que de faire une maison neuve.

Pourquoi?

Il a fallu implanter sur le site, de nombreuses installations pour recevoir les bénévoles. Il a fallu collecter les déchets, trier et laver certaines de ces matières. Les bénévoles sont pour certains venus de loin. Toutes les informations collectées ont permis de démontrer que le recyclage n’est parfois pas la bonne solution. En revanche, cela démontre aussi, que de réduire la taille de nos maisons, éco-penser ces dernières, imaginer des parties communes et une multi-utilisations de certaines pièces, limitent finalement la dépense énergétique en amont . cela s’appelle la prévention des déchets.

La prévention des déchets est donc LA SOLUTION à notre problème.

la presse Européenne a beaucoup publié sur notre réalisation. Notre projet a aussi fait le tour des 13h et des 20 heures. Pour vous replonger dans le sujet tapez : Villa déchets Nantes dans Google

Parutions :

Baptiste Clarke, « La Villa Déchets, ou comment construire en recyclant», Actu-environnement, 01/12/2010,

Julien Kostrèche, « Villa Déchets : le pari fou d’un architecte nantais », Terra éco, 16/10/2010

Yan Gauchard, « A Nantes, la Villa déchets fait l’éloge du recyclage et de la récupération », LE MONDE, 25/12/2010

https://radio.vinci-autoroutes.com/article/une-villa-en-urgence?fbclid=IwAR3r3ZSFEH2Wyg7zdJqT3XKfP1tGuq9F2rKE4rz4A_4RzBB4uxLBSnvh_0A

Retrouvez l’article complet dans les échos du 12/11/2019

https://www.lesechos.fr/pme-regions/auvergne-rhone-alpes/deux-projets-de-villages-de-conteneurs-a-louvrage-1147139

lectus porta. ipsum sed ut felis libero